Association MINING

Compagnie de Béthune

Historique de la Compagnie des mines de Béthune

IMG_6335-modif
Crédits photo : Angèle Brévart

La Compagnie des mines de Béthune est une compagnie minière qui a exploité la houille à Bully-les-Mines, Vermelles, Loos-en-Gohelle, Mazingarbe, Auchy-les-Mines, Annequin, Sains-en-Gohelle et Grenay, dans le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Elle est parfois dénommée Compagnie de Grenay, en raison du nom de sa concession.

La fosse no 1 est mise en chantier en 1852 et commence à extraire l’année suivante. La production s’accroît, et les puits nos 2, 3, 4 et 5 sont respectivement mis en production en 1859, 1860, 1865 et 1875. Cette année-là, cinq fosses sont en fonctionnement et deux en cours de fonçage. Les fosses nos 6 et 7 commencent à produire respectivement en 1876 et 1877. La fosse no 8 – 8 bis n’est mise en service qu’une quinzaine d’années après, en 1893, les fosses nos 9, 10 – 10 bis et 11 – 11 bis sont ouvertes à l’extraction en 1896, 1903 et 1908. En 1909, les travaux du puits d’aérage no 12 commencent. Entretemps, les ouvertures de puits secondaires sur les carreaux de fosses continuent, et ce jusque 1925 pour le puits no 4 bis, établit lui sur son propre carreau. Vingt-et-un puits sont dénombrés sur la concession de Grenay, et aucune avaleresse. En parallèle de ces ouvertures, de nombreuses cités minières sont construites à proximité des carreaux de fosses, dans un style architectural propre à la compagnie. Au fil des années, la Compagnie des mines de Béthune devient une des plus puissantes du bassin minier. Suite à la Seconde Guerre mondiale, la compagnie est nationalisée, et intègre, avec la Compagnie des mines de Nœux, le Groupe de Béthune. Elle cesse alors d’exister. L’exploitation des fosses se poursuit, les premières commencent à fermer au milieu des années 1960. D’autres sont concentrées sur la fosse n° 13 – 13 bis du Groupe de Béthune, ou sur la fosse n° 18 – 18 bis du Groupe de Lens pour la fosse no 8 – 8 bis. Les derniers puits cessent l’extraction au tout début des années 1970, certains comme le no 8 bis et le no 3 assurent l’aérage jusque respectivement 1974 et 1977, avant d’être remblayés.

Les installations sont détruites, plus aucun chevalement de la compagnie ne subsiste. La plupart des terrils sont exploités. Toutefois, relativement peu ont complètement disparu, seuls leur base est encore visible. Les terrils nos 58 et 58A, Lavoir de Mazingarbe Est et Ouest, et le terril no 49, 3 de Béthune, n’ont pas exploités et sont des vestiges majeurs de l’exploitation minière dans cette concession. Globalement, quelques bâtiments existent encore sur certains carreaux de fosse. Le patrimoine le plus visible de la compagnie est les cités minières, dont plusieurs milliers de maisons ont été rénovées.

Les Fosses de la Compagnie

1

Le premier puits de la Compagnie est foncé à partir de mars 1852 à Bully-les-Mines au diamètre de quatre ou 5,75 mètres. Le terrain houiller est atteint à la profondeur de 136 mètres. La production commence à partir de l'année suivante où 7 000 tonnes de houille sont extraites. En 1854, la production est de 21 000 tonnes. En 1865, la machine d'extraction à deux cylindres oscillants est remplacée par une machine horizontale à deux cylindres horizontaux. En novembre 1869, dix-huit ouvriers meurent à cause des fumées provoquées par un incendie. La fosse est complètement rénovée en 1876. une nouvelle machine d'extraction, de 450 chevaux est installée. En 1880, la fosse a produit 1 280 000 tonnes depuis son ouverture, le puits est à cette époque profond de 443 mètres. Le puits no 1 bis est ajouté en 1889, le no 1 ter, avec un diamètre de 5,75 mètres, en 1911.En 1961, la fosse est concentrée sur la fosse n° 13 - 13 bis du Groupe de Béthune. Les puits nos 1, 1 bis et 1 ter, respectivement profonds de 583, 430 et 587 mètres, sont remblayés en 1971. Les chevalements des puits nos 1 et 1 bis sont détruits la même année, celui du no 1 ter, unique dans le bassin minier de par son architecture, est démoli en 1973.

 2

Les travaux du puits no 2, d'un diamètre de quatre mètres, commencent le 20 novembre 1855 à Bully-les-Mines. Le terrain houiller est atteint à la profondeur de 135,57 mètres. Le puits traverse sous le tourtia des argile aquifères du torrent sur une épaisseur de six mètres. Le niveau est passé sans l'aide d'une machine d'épuisement, mais il en a fallu une pour passer le torrent. L'extraction commence en février 1859. Le gisement est très accidenté. Le ventilateur Davaine, devenu insuffisant, est remplacé en 1868. En 1880, la fosse a produit 720 000 tonnes depuis son ouverture, son puits est profond de 450 mètres.En 1959, la fosse no 2 est concentrée sur la fosse no 1 - 1 bis - 1 ter grâce au bure no 29. Cette concentration dure jusqu'en 1968, date à laquelle la fosse ferme, le puits est remblayé deux ans plus tard et les installations de surface détruites en 1974.

3

Le fonçage du puits débute le 12 janvier 1857 à Vermelles. Le terrain houiller est atteint à la profondeur de 147 mètres. La fosse est placée sur une grande faille. L'exploitation commence en juillet 1860. Le gisement est accidenté, pourtant, beaucoup de charbon a été fourni. Des compresseurs d'air ont été installés en 1877. les terrains sont très peu inclinés. En 1880, c'est la fosse qui a produit le plus : 1 525 000 tonnes, le puits est profond de 408 mètres.Le puits profond de 464 mètres est remblayé en 1977.

 4

 Le fonçage du puits débute à Vermelles le 1er octobre 1865. Le terrain houiller est atteint à la profondeur de 149 mètres. le niveau est passé sans le secours d'une machine d'épuisement. Elle entre en exploitation en 1867, le puits est profond de 389 mètres. La fosse est ouverte en 1867. Elle est abandonnée en 1876 car son gisement à la profondeur de 250 mètres parait inexploitable, un serrement est effectué. Les terrains sont très irréguliers. La fosse n'a extrait que 233 000 tonnes avant son serrement. L'exploitation est improductive, il y a beaucoup de grisou par rapport aux autres fosses. La houille renferme 15 à 18 % de matières volatiles. L'exploitation ne reprend qu'en 1911 à la profondeur de 387 mètres. En 1925, un puits no 4 bis destiné à l'aérage est ouvert sur un autre carreau plus au nord. Le puits est remblayé en 1965. Le 7 mai 1925 débute le fonçage du puits d'aérage no 4 bis à Vermelles, profond de 301 mètres. Le puits est remblayé en 1965.

 5

Le fonçage du puits no 5 débute le 16 avril 1873 à Loos-en-Gohelle. Le terrain houiller est atteint à 150 mètres. Les terrains sont très faiblement inclinés. Le fonçage du puits, d'un diamètre de 4,50 mètres, traverse une veine de 1,55 mètre à 152 mètres, et deux veines épaisses de 80 et 85 centimètres à la profondeur de 167 mètres. L'exploitation commence le 15 mai 1875.

Des appareils à air comprimé pour la perforation et la traction mécanique y sont établis. La fosse est très riche et productve. En 1880, elle a déjà produit 335 000 tonnes.

Le puits no 5 bis est ajouté en 1901. Les puits nos 5 et 5 bis sont approfondis à 483 et 735 mètres.

La fosse cesse l'extraction en 1968, après avoir produit 24 711 000 tonnes de charbon. Les puits nos 5 et 5 bis sont remblayés en 1969, et les chevalements abattus en 1969 et 1970. Le seul vestige de la fosse est la grille d'entrée.

 6

Le fonçage du puits no 6 à Mazingarbe commence le 3 octobre 1874. Le terrain houiller a été atteint à 144 mètres. Le fonçage a été assez rapide. La fosse est productive à partir de mars 1876. La machine d'extraction a une puissance de 450 chevaux. En 1877, la fosse est mise en communication avec la fosse no 1. Les terrains sont peu réguliers. Le puits no 6 bis est ajouté à partir d'août 1885.

En 1961, la fosse no 6 - 6 bis est concentrée sur la fosse n° 13 - 13 bis du Groupe de Béthune, pour laquelle elle assure le service et l'aérage. La fosse ferme en 1964, les puits nos 6 et 6 bis, respectivement profonds de 472 et 372 mètres sont remblayés en 1968. Les chevalements sont détruits en 1982.

7

La Compagnie exploite hardiment sa concession, et construit une nouvelle fosse chaque année. Le puits no 7 est foncé à partir du 4 avril 1875 à Mazingarbe. Le terrain houiller est atteint à la profondeur de 137 mètres, profondeur à laquelle une veine de 80 centimètres d'épaisseur est découverte. Une deuxième veine d'un mètre est découverte à 150 mètres, puis deux veines respectivement épaisses de 1,10 mètre et 65 centimètres. La machine d'extraction du puits no 1 y a été installé. L'allure des veines est peu régulière. La fosse commence à extraire en mai 1877. Le puits no 7 bis est ajouté en 1905. Le gisement peu favorable entraîne la fermeture de la fosse en 1965. Le puits no 7, d'une profondeur de 483 mètres, est remblayé en 1965, le puits no 7 bis, profond de 398 mètres l'est en 1968.

 8

Le fonçage du puits no 8 à Auchy-les-Mines commence le 3 juillet 1891. l'extraction commence en août 1893. Le puits no 8 bis est commencé en novembre 1893.En 1961, la fosse no 8 - 8 bis est concentrée sur la fosse n° 18 - 18 bis du Groupe de Lens. le puits no 8, profond de 367 mètres est remblayé en 1962, le puits no 8 bis, profond de 399 mètres, participe à l'aérage de la concentration jusqu'en 1973, il est remblayé en 1974.

 9

Le fonçage du puits no 9 commence le 10 juillet 1893 à Annequin, la fosse commence à produire en 1896. Les fosses nos 4 bis et 12 assurent l'aérage des travaux de la fosse no 9. La fosse ferme le 1er septembre 1964, le puits, d'une profondeur de 527 mètres est remblayé en fin d'année.

 10

Les travaux de fonçage du puits no 10 débutent le 31 juillet 1900 à Sains-en-Gohelle, pour une profondeur finale de 730 mètres. Les puits no 10 bis est commencé en juillet 1901, pour une profondeur de 791 mètres. La production débute le 6 juin 1903.

L'extraction cesse en 1957, après que la fosse a été concentré sur la fosse n° 13 - 13 bis du Groupe de Béthune.

Les puits nos 10 et 10 bis sont remblayés en 1972. Les chevalements sont démolis trois ans plus tard.

 11

Le fonçage du puits no 11 débute à Grenay le 5 octobre 1904, ceux du puits no 11 bis, destiné à l'aérage, commencent le 14 mai 1906. L'extraction débute le 1er avril 1908. Le puits no 11 et le puits no 11 bis, respectivement profonds de 640 et 749 mètres, sont remblayés en 1967. Le chevalement du puits no 11 est abattu le 5 septembre 1969.

 12

Le fonçage du puits no 12 commence le 6 février 1909 à Annequin, et est continué jusque la profondeur de 520 mètres. Le puits est jumelé avec celui de la fosse no 9 et sert à l'aérage. À l'arrêt de la fosse no 9, le puits n'a plus aucune utilité. Il est alors remblayé en 1965, et les installations sont détruites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *