Association MINING

Compagnie de Lens

Historique de la Compagnie des mines de Lens
De la création à 1880

Sondages de Messieurs Casteleyn et consorts à Annay et à Lens

Messieurs Bigo, Danel et autres ont, sur les indications de M. Mathieu et postérieurement à la découverte de M. Mulot à Oignies et de M. Soyez à l’Escarpelle, entrepris en avril 1849, un sondage à Courrières. Messieurs Casteleyn, Tilloy et Scrive, grands industriels de Lille, les imitent bientôt et ouvrent, le 9 juillet de la même année 1849, un sondage no 149 à Annay, près de Lens. Ce sondage, à la suite d’un accident, a été abandonné à la profondeur de 151,90 mètres, après avoir atteint le terrain houiller à 143,60 mètres, mais sans avoir rencontré le charbon, ni ramené à la surface des échantillons déterminant d’une manière précise la nature des roches traversées.

Lorsque, le 5 juillet 1850, la Compagnie de Vicoigne a installé son sondage de Loos no 195, M. Casteleyn et ses associés, émus de cette concurrence, ouvrent un second sondage no 150 dans le bois de Lens, le 12 Juillet. Ce sondage arrive à la houille au commencement de décembre 1850. Dès le mois d’août 1849, après la convention intervenue entre Messieurs Bigo et consorts et la Compagnie de Douchy, M. Casteleyn et ses associés ont conclu un arrangement par lequel ils reçoivent un certain nombre d’actions de la Société de Courrières en échange de l’admission dans la Société de recherches de Lens, de Messieurs Bigo, Danel, Mathieu et autres. C’est ainsi que ces derniers sont devenus actionnaires de Lens et ont pris part à la constitution de cette Société, et plus tard à son administration.

Association avec la Compagnie de Vicoigne

Après l’exécution de plusieurs sondages heureux, Messieurs Casteleyn et consorts ne savent pas quel parti tirer de leurs découvertes. Ils sont, sauf M. Casteleyn, étrangers aux entreprises de mines, et ne veulent pas engager dans leur affaire les capitaux considérables qu’exige toujours la création d’une houillère. Ils s’adressèrent alors à la Compagnie de Vicoigne dont la fosse de Nœux vient d’entrer en extraction, et forment avec elle une association.

La Compagnie de Vicoigne, moyennant remise de moitié des actions de Lens, avance 500 000 francs et fournit son matériel et son personnel pour l’exécution d’une première fosse. Le niveau, très difficile, a été passé avec le concours de M. de Braquemont et du maître porion Dumont, chef très expérimenté dans ces sortes de travaux, et la fosse no 1 de Lens a été mise en exploitation. Celle-ci est installée à quelques centaines de mètres de la ligne Arras – Dunkerque-Locale. Mais lors de la publication du décret du 23 octobre 1852, interdisant les réunions de concessions, la Compagnie de Vicoigne éprouve des appréhensions au sujet de son association avec Lens, appréhensions d’autant plus fondées qu’alors les concessions de Nœux et de Lens ne sont pas encore instituées, et elle a voulu sortir de cette position fausse.

La Compagnie de Lens, dont le succès est alors assuré, et dont le premier puits va entrer en exploitation, ne demande pas mieux que de voir la Compagnie de Vicoigne renoncer à son association. Elle rembourse à cette dernière les 500 000 francs avancés et une somme de 50 000 francs pour intérêts de capitaux et location de son matériel et de son personnel. Les Compagnies de Vicoigne, Lens et Dourges ont formé le projet d’une grande association pour l’exploitation en commun d’une partie importante du nouveau bassin découvert par elles. En 1852, elles ont adressé au Gouvernement une demande en autorisation de réunir les trois concessions de Dourges, qui vient d’être instituée, et de Lens et de Nœux qui sont alors à l’instruction.
Leur demande a été soumise aux enquêtes et affichée pendant quatre mois dans les communes intéressées. De nombreuses oppositions ont été faites à la réunion projetée, qui a été rejetée, en définitive, par le Gouvernement.

Les Fosses de la Compagnie

fosse 1

fosse 1b

Fut ouverte le 9 mai 1852 sous la direction du maitre porion Dumont et de M. de Bracquemont de la compagnie de Vicoigne. Le puits fut fonçé à 345 m et commença à produire fin 1853 après des difficultés dues aux venues d’eau. Elle sera rattachée plus tard en 1929 au 4 de Lens puis au 19.

fosse 2

Commencée en 1858 elle entre en production en 1859 . Profondeur sera de 226m.

fosse 2b

Puits jumeau de la fosse du Grand Condé commencé le 14 juin 1904, entre en fonction en septembre 1905. Sa profondeur atteindra 533m, le 2ter ou fosse Auguste Descamps à Loison, sera ajouté plus tard avec une profondeur de 506m.

fosse 3 liévinb

fosse3b

fosse3

Ouverture du puits le 13 mars 1860 et le siège en 1861. Puits creusé jusqu’à 548m. Le 3bis est creusé pour servir d’aérage au 3.

fosse 4 lens

fosse 4 lensb

fosse 4 lensc

Début de creusement le 1er avril 1864 est mis en exploitation à 253m le 1er septembre 1864 ; Puis la profondeur passe à 936m. En 1870 l’effectif est de 1538 mineurs et 566 ouvriers du jour.

fosse 5 Avion

fosse 5 Avionb

Foncé à partir du 9 avril 1876 et l’exploitation en 1877. La profondeur atteint 745m. Le 5bis lui sera adjoint en 1898 à une profondeur de 432m.

fosse 6 Haisnes

fosse 6 Haisnesb

Rachetée en 1873 à la compagnie des mines de Douvrin. L’extraction débute en 1861 à une profondeur de 113m puis approfondit à 240m.

fosse 7 Wingles

fosse 7 Winglesb

L’exploitation débute en septembre 1882, le puits jumeau est foncé en même temps. Le premier puits atteint 576m et le second aura 692m de profondeur.

fosse 8 Vendin

Ouvert le 1 juillet 1886 et le siège fonctionne en 1891. Le 8bis est creusé simultanément. Le 8 est profond de 620m, et le 8bis de 302m.

fosse 9 lens

fosse 9 lensb

Le puit est foncé le 19 décembre 1886 et le siège fonctionne le 1er octobre 1890. Le 9bis y est ajouté en 1904 sur la commune de Liévin.

fosse 10 Vendin

Le début des travaux est le 1er février 1894 et se termine à 304m, elle fonctionne en septembre 1895. Le 10 bis est ajouté en 1899. En 1897 l’effectif est de 8000 hommes, 1400 enfants et 420 femmes.

Le fonçage du puits commence le 4 janvier 1893, et l ‘exploitation débute le 1er juin 1894.

fosse 11 liévin

fosse 11 liévinB

fosse 11bis liévin

Sert de puit d’aérage de la fosse Pierre Destombes àLoos en Gohelle. Début des travaux le 24 mars 1908 est atteint la profondeur de 433m, Le siège ouvre le 29 mai 1909.

fosse 12 lens

fosse 12 lensb

Le puit ouvre le 10 avril 1893 et le siège le 1er janvier 1894.

fosse 12bis lens

Foncée en 1905 à une profondeur de 626m pour servir d’aérage à la fosse 12. Fermeture en 1967. Constructeur Et. Fournier et Mouillon

fosse 13 Hulluch

La fosse ouvre le 5 avril 1906, le siège fonctionne le 13 novembre 1908. La profondeur de 837m sera Atteinte.

Foncée le 11 septembre 1909 pour servir d’aérage au 13. Le puits fonctionne en 1910.

Le creusement commence en juillet 1906, le siège fonctionne à partir du 14 octobre 1907. La profondeur atteinte est de 352m. Fermeture en 1967 ; Diamètre des molettes 4m.

Creusée en même que le 14 elle démarre également en 1906. L’extraction cessera en 1938 pour ces deux puits. Elles seront rattachées au 12 puis au 19.

Creusement commencé le 27 novembre 1905 à 297m et 527m. Le 15bis est creusé le 23 octobre 1907 pour servir d’aérage le siège ouvre à la même date. Ensemble remarquable de deux chevalets jumeau d’une hauteur de 75m. Reconstruite après 14-18 son activité cesse le 1er octobre 1937 et sera rattachée au 12 puis au 19.

Ouvert le 22 novembre 1909 elle entre en exploitation en octobre 1912. Profondeur de 440m. L’accrochage avec le 16bis se situe à 219m.

Servira d’aérage au 16 aura 443m de profondeur En 1913 la compagnie emploie 16.319 ouvriers, possède 7414 maisons, 9 écoles primaires, 13 écoles maternelles, 5 écoles ménagères, 2 gouttes de lait, 584 fours à coke, 3 presses d’agglomérés, 1 usine à boulets, 210km de voies ferrées et 1 rivage à Pont à Vendin. Tout sera détruit en 1918 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *